Accueil > Agir > Un Dragon dans mon jardin

Informations générales sur les Amphibiens

Informations générales

« Amphibien » signifie « double biologie ». Ils passent une partie de l’année en phase terrestre, l’autre en phase aquatique (généralement plus courte) :

  • phase aquatique : reproduction et ponte + stade larvaire
  • phase terrestre : migrations et hivernage

Les Amphibiens ont la peau humide et sans écailles. Ce sont des animaux à sang froid, c’est-à-dire que la température corporelle évolue avec celle de leur environnement. L’activité est plus réduite par temps frais. Ils peuvent prendre des « bains de soleil » pour augmenter leur capacité d’action. En hiver, la baisse de la température peut rendre toute activité impossible. Ce désavantage est compensé par :

  • un faible besoin en nourriture
  • une consommation très faible en énergie

Les Amphibiens sont divisés en 2 ordres :

  • les Anoures, qui n’ont pas de queue à l’âge adulte et un corps court et trapu => Grenouille, Crapaud, Rainette…
  • les Urodèles, qui ont un corps allongé et une queue à l’état larvaire et adulte => Triton, Salamandre…

La respiration

La respiration s’effectue de diverses manières :

  • au stade larvaire, il s’agit d’une respiration cutanée et par branchies (internes chez les têtards, externes chez les larves de Tritons)
  • au stade adulte : respiration par la peau et par les poumons

La respiration cutanée se fait par dissolution du dioxygène dans de l’eau. C’est pour cela qu’ils ont la peau humide en permanence (et qu’il faut s’humidifier les mains avant toute manipulation). Pendant l’hivernage, la baisse d’activité fait que la respiration cutanée suffit : certaines espèces peuvent donc hiverner au fond d’une mare, dans la vase par exemple, se contentant de l’oxygène contenu dans l’eau.


La reproduction

La reproduction diffère selon les espèces :

  • chez les Anoures, la fertilisation est externe : les œufs sont fertilisés par le mâle au moment où ils sont pondus
  • chez les Urodèles, elle est interne, bien que le mâle soit dépourvu d’organe d’intromission : le sperme est transféré dans les organes génitaux de la femelle par l’intermédiaire d’un spermatophore (masse spermatique + support), laissé sur le sol et « récupéré » et stocké par la femelle quand elle passe dessus. La fécondation a lieu quand les œufs passent par le cloaque au moment de la ponte

Le processus commence par une attraction de la femelle par le mâle : soit par le chant et la livrée nuptiale (chez les Anoures), soit par la livrée nuptiale et les parades (chez les Urodèles).


Le cycle de vie

La larve d’Anoure (têtard) est très différente d’aspect de l’adulte, avec une tête disproportionnée, l’absence de membres et la présence d’une longue queue bordée de nageoires. 5 étapes se succèdent de l’éclosion à la métamorphose :

  • jeune larve venant de déchirer sa membrane munie de branchies externes
  • formation de la bouche et de l’intestin, allongement de la queue, les branchies deviennent internes : la larve prend le nom de têtard
  • les membres postérieurs apparaissent à la base de la queue
  • les membres antérieurs percent la peau
  • le bec corné disparaît, la queue également, le têtard acquiert la forme de l’adulte

La larve d’Urodèle possède la même forme générale que celle de l’animal métamorphosé, avec en plus 3 paires de branchies externes bien visible. A l’éclosion, elle possède des bourgeons de membres antérieurs, qui vont s’allonger petit à petit. Une seconde période débute avec la première prise de nourriture : les membres postérieurs apparaissent. A la fin de cette période, la larve a acquis une taille assez grande, et est prête à se métamorphoser. A noter que les larves de Salamandre naissent à un stade de développement avancé, avec 4 membres bien formés (ovoviviparité).


Les migrations

Après avoir atteint l’âge adulte, les Amphibiens vont chercher un milieu de reproduction. C’est en général un habitat aquatique, qui peut se trouver à proximité de la zone de vie terrestre, mais aussi en être éloigné de plusieurs centaines de mètres (Tritons) voire de quelques kilomètres (Crapauds, Grenouille rousse). Les capacités locomotrices limitées rendent ces déplacements éprouvant : le moindre muret devient un obstacle infranchissable, et des populations entières sont décimées lors de traversées de routes chaque printemps.

La migration prénuptiale est le trajet qui conduit les adultes de leur site d’hivernage à leur lieu de reproduction. Elle dure quelques heures et est limitée dans l’espace. Elle suit souvent de peu la sortie d’hivernage. L’adulte cherchera le plus souvent, instinctivement, à retourner vers le milieu humide où il est né pour s’y reproduire à son tour.

La migration postnuptiale relie le site de reproduction à des habitats appelés « quartiers d’été » ou domaines vitaux, où les adultes se sédentarisent. A la fin de la belle saison, certaines espèces comme le Crapaud commun effectuent une migration automnale qui les conduit vers les quartiers d’hiver ou sites d’hivernage.


Les espèces visibles en Flandre

Espace PRIVÉ
Soutenez le CPIE

Dernières publications

06/11/17
My Positive Impact Plus d'informations sur My Positive Impact >
31/10/17
La rentée 2017 2018 du CPIE Flandre maritime... Plus d'informations sur La rentée 2017 2018 du CPIE Flandre maritime... >
31/10/17
Focus sur la Maritimité Plus d'informations sur Focus sur la Maritimité >

Photothèque

La lettre d'infos : Abonnez-vous !
CPIE FLANDRE MARITIME - Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement Flandre Maritime
CPIE Flandre Maritime "Adeeli" rue Jean Delvallez - 59123 Zuydcoote - Tel. 03 28 26 86 76 - fax 03 28 26 60 87